je suis pas etanche a cette tristesse
j'ai bu dans ton souvenir tant de joie
maintenant mille miette m'epanche
malheureux dans de noirs ivresse

a la mémoire des ombres
a nos myriades d'ennui
cette solitude qui ruine
aux nuits sombres
dans nos souterrains

sur ses jours passés j'me retourne
quand dans la nuit mes reveilles epuise
les heures s'envole, se tourne
se tourne sur ton rire et ton esquisse

a la mémoire des ombres
a nos myriades d'ennui
cette solitude qui ruine
aux nuits sombres
dans nos souterrains

j'ai vecue mille ans qui m'epuise
voir passer ces moments qui glisse
je cherche encore ce regard quelque part
une folie hagard faut rentrer il est tard

a la mémoire des ombres
a nos myriades d'ennui
cette solitude qui ruine
aux nuits sombres
dans nos souterrains

j'explose en se désir déçarsonner
s'eveille une douleur sans bruit ni tonnerre
autant se silence sonne l heure de l'hiver
mille fois tomber tancer pour se relever

a la mémoire des ombres
a nos myriades d'ennui
cette solitude qui ruine
aux nuits sombres
dans nos souterrains

tout y passe quand je me noie
mon image déformer dans un mirroir
chercher pour reflet sur ma route
la chaleur d'un sourire a boire

a la mémoire des ombres
a nos myriades d'ennui
cette solitude qui ruine
aux nuits sombres
dans nos souterrains